Tout comme l’histoire de l’Alliance, l’histoire du Mariage remonte à l’antiquité où c’était avant tout un contrat avant la célébration de l’amour entre deux personnes.

L’histoire du mariage dans l’Antiquité

Dans l’Antiquité, le mariage était une institution qui puisait ses sources dans le besoin de filiation, la reconnaissance de la paternité et le mariage tel qu’on le connait aujourd’hui n’existait pas encore, les jeunes filles étaient parfois tout simplement kidnappée et mariée très jeune, vers 12 ou 14 ans. C’était en premier lieu un contrat, un pacte d’alliance entre deux clans, deux familles, deux tribus et les enjeux étaient alors matériel, les bien, terres ou bétails mais aussi la protection par cette alliance.

Le mariage étaient alors le fruits d’une tractation, de transactions entre les familles, les clans et la mariée n’avait pas son mot à dire. Une fois la transaction effectuée, il y avait la remise de la dote puis la jeune fille entrait dans son nouveau foyer plus tard selon un cérémonial déterminé et parfois en plusieurs étapes.

C’est sous l’époque romaine que le mariage évolue pour devenir une institution. Les romains reconnaissent trois types d’union mais la plus commune est le mariage « per usum » qui officialise un an de vie commune entre les deux amants. Le contrat de mariage existe également et les nobles romains y ont recours, l’épouse conserve ainsi ses biens et ses droits.

La symbolique devient encore plus forte sous l’empereur Constantin et l’alliance nuptiale représente 3 grands engagements: la pérennité de la descendance, la fidélité et l’union entre les deux époux. L’adultère est alors puni par la loi mais dans la pratique cela ne semble concerner que les femmes, et il existe désormais la possibilité de divorcer et de répudier. D’autre part, des empêchements au mariage sont reconnus tels l’impuissance ou le vœu religieux.

Histoire du mariage depuis le Moyen-Âge jusqu’à nos jours

L’église prenant une place de plus en plus importante dans la société, les règles morales religieuses apparaissent dès le 5ème siècle avec également une influence de nouveaux usages venues par les invasions et les guerres. C’est au 11ème siècle que le mariage consanguins est interdits, à la même époque que la publication des bans qui à pour but d’officialiser aux yeux de tous le mariage et de lutter contre les unions libres.

Le consentement mutuel des époux fait son apparition dès le 13ème siècle encrant la sacralité et l’éternité des vœux du mariage. Le mariage fait partie de rites et coutumes répondant à des règles rigoureuses et on célèbre en premier lieu les épousailles avec la remise de l’anneau et le versement d’arrhes ainsi que la signature éventuelle du contrat de mariage. Ce n’est qu’ensuite que viennent les noces et le banquet qui va réunir les deux familles. et permettre que la mariée soit conduite dans son nouveau foyer.

La femme n’a pas encore son mot à dire et est soumise aux exigences de sa famille et des alliances pour les biens et les protections. Ce sont donc souvent des hommes plus agés qui vont épouser de très jeunes filles pour assurer la continuité de la lignée et cela sera encore plus flagrant pendant la période de la Renaissance où les jeux de pouvoirs sont plus intenses. La femme reprend alors sa liberté lors du veuvage.

Le mariage à l’époque contemporaine

Ce n’est que la période romantique de notre époque moderne qui permet le mariage d’amour.

En France où il y a la séparation de l’église et de l’état, seul le mariage civile instauré en 1792 concrétise officiellement l’union entre deux personnes. Le divorce quand à lui est introduit au 19ème siècle mais sera suspendu pour revenir en 1884 mais de façon plus restrictif.  En 1975, la réforme du code civil étend les causes du divorce au consentement mutuel et à la rupture de la vie commune. En 2013, le mariage pour tous autorise l’union entre personnes du même sexe.